En nature – 3

21 avril 2017

Il a fallu réagir pour ne pas faire que subir cette journée où stress et douleur physique me coupaient les ailes. Une sieste puis une balade. Pas loin, mais dans des coins encore inexplorés : sublimes levades moussues, pousses de fragon à récolter, traces du passage des sangliers, ripisylve et peuplier hors d’âge qui m’accueille en vieux sage… Je reviendrai, et rôderai également par là-bas, et à côté, autour, derrière, en dessous… Que ne le fais-je donc plus souvent ? Cette richesse à portée de mes sauts de cabri, ne serait-ce que confiture à un cochon ?