Jouissances – 6

20 octobre 2018

C’est une journée où l’automne offre ce qu’il a de mieux : sol humide et temps sublime, douce lumière, couleurs variées des feuillages, chants d’oiseaux guillerets.

Je pénètre dans la cuisine, grande ouverte sur cette débauche d’offrandes et je prolonge le kif : l’odeur des champignons qui sèchent a envahi une partie de la pièce ; dans le fond, c’est la soupe de tomates aux fleurs de yucca qui exhale ses parfums ; devant la baie vitrée, le safran récolté est une tâche de couleur éclatante, et si l’on y approche le museau il y a là aussi matière à se délecter.

Les tomates savoureuses qui ont échappé à la soupe donnent le la de ma salade du jour, et dans l’entrée de la pièce, au soleil, un félin domestique, noblement affalé, semble être l’incarnation parfaite du bonheur qu’il y a à fréquenter ce bas-monde quand il nous est donné des journées comme celle-ci.