Moi, citoyen – 26

8 décembre 2018

Dans les rues de la grande ville où je réside provisoirement, je me joins à une marche « pour le climat ». Et parce que je ne suis ni pour ni contre le climat (!), j’imagine une pancarte qui spécifie ma vision de la chose écologique, versant lutte contre le réchauffement climatique. Notamment influencé par le mouvement des Gilets Jaunes qui sévit et séduit en France, j’écris sur un brouillon :

Le climat change, et il s’en fout.

La planète est plus forte que nous.

Les riches ont de quoi encaisser bien des coups durs…

Le combat contre le réchauffement climatique est une lutte sociale !

Non aux taxes qui précarisent les plus pauvres !

Halte aux profits démesurés !

Oui au partage des richesses, à une vie simple pour tous en bonne intelligence avec la Terre.

Puis, conscient que ça fait un peu long pour une pancarte faite à la va-vite et que je m’accrocherai dans le dos, j’expurge le texte des trois premières phrases. Ça reste trop long pour faire office de slogan, mais, à l’heure des propositions à côté de la plaque et des promesses de Gascon des gouvernements des pays riches sur le sujet, le combat le plus dur commence selon moi, qui est de mettre la société bourgeoise, petite-bourgeoise et toute-petite-bourgeoise (ou classes moyennes hautes et basses pour ces deux dernières) toute entière – mais pas dans une même mesure – en face de ses contradictions, de sa mauvaise foi, de son hypocrisie, de sa lâcheté. Ce qui n’est pas une mince affaire et commence forcément par regarder en face sa propension à soi-même céder parfois à ces travers.

Aussi, si je voulais me faire moins laconique et forcément un poil malaimable vis-à-vis de beaucoup de bien-pensants qui manifestent, j’aurais écrit :

À vélo dans ta ville et tes vacances en avion ?… Éco-imposteur !

Ou bien :

Consommateur vegan d’une production industrielle ?… Éco-imposteur !

Mais je ne suis pas du genre à chercher la bagarre. Surtout quand l’adversaire est surreprésenté.

Auteur : zazar

Après des études dédiées à l’illustration et quelques années de pratique de la bande dessinée, je me réinstalle fin 2008 sur la petite ferme écolo (en AB et sous mention Nature et Progrès) où j’ai grandi, dans les Cévennes. Mes parents y avaient élu domicile en 1973, achetant alors une ruine et un terrain envahi par les pins. 40 ans plus tard, ils peuvent me léguer un lieu habitable, vivant, agréable… Une petite oasis de verdure isolée au cœur d’une forêt plutôt aride, et un outil de travail efficient – quoiqu’un peu brinquebalant. Ainsi, en 2013, je reprends officiellement l’activité agricole de mes illustres géniteurs qui ont déménagé dans la bourgade avec services la plus proche. Je suis accompagné par ma compagne dans nos activités de cultures (fruits et légumes), de petit élevage, de valorisation de ces productions en cuisine (dans des foires bio et à la ferme) et d’Accueil Paysan en camping et chambres. Une bande dessinée dédiée à nos premières années paysannes, le « Carnet de Cambrousse », est à paraître. Le JOURNAL PAYSAN, lui, tout de texte, et sans doute plus intime, prend la suite de la BD, mais peut s’appréhender sans l’avoir lue. J’ai 37 ans quand je le démarre, le 8 avril 2017.