Peinture verte – 1

16 novembre 2018

Je voyage en train « 100% éco » (écriture verte, lire écologie). Miracle de technologie, économe en énergie, il la produit par ailleurs sur place et en a même à revendre. Les matériaux de fabrication sont naturels, non traités et issus de filières courtes locales. Les toilettes sont sèches, évidemment.

Fini de rire. Je voyage en train dit « 100% éco » parce que j’ai, comme tous les autres passagers, acheté mon billet chez le dealer de bonne conscience sous étiquette dématérialisation : jouez hautbois, résonnez musettes, c’est internet ! (Qui veut gratter l’étiquette ?)

Auteur : zazar

Après des études dédiées à l’illustration et quelques années de pratique de la bande dessinée, je me réinstalle fin 2008 sur la petite ferme écolo (en AB et sous mention Nature et Progrès) où j’ai grandi, dans les Cévennes. Mes parents y avaient élu domicile en 1973, achetant alors une ruine et un terrain envahi par les pins. 40 ans plus tard, ils peuvent me léguer un lieu habitable, vivant, agréable… Une petite oasis de verdure isolée au cœur d’une forêt plutôt aride, et un outil de travail efficient – quoiqu’un peu brinquebalant. Ainsi, en 2013, je reprends officiellement l’activité agricole de mes illustres géniteurs qui ont déménagé dans la bourgade avec services la plus proche. Je suis accompagné par ma compagne dans nos activités de cultures (fruits et légumes), de petit élevage, de valorisation de ces productions en cuisine (dans des foires bio et à la ferme) et d’Accueil Paysan en camping et chambres. Une bande dessinée dédiée à nos premières années paysannes, le « Carnet de Cambrousse », est à paraître. Le JOURNAL PAYSAN, lui, tout de texte, et sans doute plus intime, prend la suite de la BD, mais peut s’appréhender sans l’avoir lue. J’ai 37 ans quand je le démarre, le 8 avril 2017.