Activités du moment – 6

27 mai 2018

Un dimanche paysan, avant la pluie…

Récolter le thym en fleur sur cette veine calcaire un peu plus haut dans la vallée. Admirer, au hasard d’une touffe d’herbe, une cousine de la mante religieuse, fascinante licorne aux antennes de papillon de nuit. Aménager un séchoir de fortune sur le sol de la chambre à BD.

Récolter les fleurs de sureau bien odorantes pour en faire du sirop. Rentrer les bras et les lunettes jaunes de pollen.

Récolter les cerises clairsemées dans le grand arbre, plutôt avare cette année. Trier la récolte, que le ver de la mouche Suzuki a tout juste commencé à attaquer. Faire quelques bocaux avec les bien mûres. Trop en manger, et reconnaître l’odeur corsée des pets de cerise dont je me fais une spécialité chaque année (tout va bien tant qu’elles ne sont pas trop sucrées…)

Greliner un bout de terre, virer quelques topinambours qui se tapent l’incruste, et y repiquer une garnison de laitues. Y adjoindre quelques fleurs, et entre les courgettes aussi.

Biner entre les autres laitues, et autour des choux. Écraser quelques punaises entre ses doigts. Pester contre l’oxalis qui envahit le début du rang.

Grappiller les fraises mûres au passage, même sans envie véritable.

Renoncer à planter concombres et supplément de poivrons.

Rejoindre son lit le dos bien échauffé, ça faisait longtemps…

Auteur : zazar

Après des études dédiées à l’illustration et quelques années de pratique de la bande dessinée, je me réinstalle fin 2008 sur la petite ferme écolo (en AB et sous mention Nature et Progrès) où j’ai grandi, dans les Cévennes. Mes parents y avaient élu domicile en 1973, achetant alors une ruine et un terrain envahi par les pins. 40 ans plus tard, ils peuvent me léguer un lieu habitable, vivant, agréable… Une petite oasis de verdure isolée au cœur d’une forêt plutôt aride, et un outil de travail efficient – quoiqu’un peu brinquebalant. Ainsi, en 2013, je reprends officiellement l’activité agricole de mes illustres géniteurs qui ont déménagé dans la bourgade avec services la plus proche. Je suis accompagné par ma compagne dans nos activités de cultures (fruits et légumes), de petit élevage, de valorisation de ces productions en cuisine (dans des foires bio et à la ferme) et d’Accueil Paysan en camping et chambres. Une bande dessinée dédiée à nos premières années paysannes, le « Carnet de Cambrousse », est à paraître. Le JOURNAL PAYSAN, lui, tout de texte, et sans doute plus intime, prend la suite de la BD, mais peut s’appréhender sans l’avoir lue. J’ai 37 ans quand je le démarre, le 8 avril 2017.